• UNESCO - Intangible Cultural Heritage

    Le Pencak Silat et le Silat inscrits au patrimoine immatériel de l’humanité.

    🔴 Patrimoine de l’humanité

    Il y a quelques jours à peine, l’UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization) a inscrit le Pencak Silat et le Silat au patrimoine immatériel de l’humanité.

    Un très beau cadeau de Noël à tout pesilat (i.e., un pratiquant de Pencak Silat) ou srikandi (i.e., combattante du Silat) et une belle reconnaisse pour notre art !
    En effet, ses nombreux styles, regroupés au sein des traditions du Pencak Silat et sa composante martiale, le Silat, sont dorénavant inscrits dans la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

    Moins connu que le Krav Maga, le Silat, signifiant « combat éclair », est un redoutable art martial originaire du Sud-Est asiatique. Après avoir séduit les unités d’élite de la police et des armées un peu partout dans le monde, le Silat a commencé à se populariser auprès du grand public notamment depuis des films tels que Ong-Bak, The Raid ou, plus récemment, John Wick 3. Cette récente reconnaissance internationale devrait être un accélérateur pour le développement de cet art.

    🔴 Un art guerrier ancestral

    Art guerrier ancestral basé sur les comportements animaliers tels que le tigre, le serpent, le singe et d’autres, il a su évoluer et devenir une pratique avancée voire raffinée d’entraînement physique, mental et même spirituel.

    🔻 Pencak Silat

    Par ailleurs, le Pencak Silat [ˈpent͡ʃak ˈsilat] (parfois écrit phonétiquement « Penchak » ou « Pentjak ») est un terme récent, puisqu’il fut choisi en 1948, pour regrouper les arts martiaux de l’archipel malais (composé de Brunei, de l’Indonésie, de la Malaisie, de Singapore et d’une partie des Philippines ainsi que du Sud de la Thaïlande et du Vietnam) ainsi que ses très nombreux styles. Ainsi, rien que dans la seule Malaisie l’on a recensé plus de 150 styles et l’on compterait près de 800 aliran différents en Indonésie.

    Cette dénomination englobe également tous les aspects artistiques et culturels (Seni Budaya), martiaux ou d’auto-défense (Bela Diri), spirituel ou interne (Tenaga Dalam), physique (Tarikan Tenaga) et sportifs (Olah Raga) de la discipline. Le Pencak et le Silat sont deux aspects de la même pratique. D’un côté, le Pencak constitue la base de l’entrainement, l’aspect de l’art qu’un observateur extérieur sera autorisé à contempler sous la forme d’une interprétation artistique. De l’autre, le Silat constitue l’essence du combat et de l’auto-défense, l’application véritable des techniques guerrières qui sont traditionnellement gardées secrètes des profanes et non-divulguées aux étudiants jusqu’à ce que leur professeur les considère comme prêts.

    Le Pencak Silat est aussi, et surtout, le terme communément utilisé pour définir les compétitions de combats sportifs (Tanding) et artistiques (Seni) depuis les Southeast Asian Games de 1987 et les Asian Games de 2018.

    Les traditions du Pencak Silat

    🔺 Silat

    Quant au Silat, il reste sa composante martiale d’auto-défense et de survie et le nom le plus connu dans toute l’Asie du Sud-Est. Car, au-delà des querelles post-coloniales entre l’Indonésie et la Malaisie liées à leurs fiertés nationalistes respectives, le Silat est l’art de tout le peuple Malais de l’archipel malayo-indonésien communément appelé localement Nusantara.

    Le Silat

    Art du combat furtif et de la self-defense, le Silat est particulièrement adapté face à toutes situations d’agression. Le Silat est basé sur des enchainements de gestes fluides et de frappes simples, exécutées en rafale, avec rapidité et précision.

    ✔ Combat à mains nues…

    Pour une efficacité maximale, cet art cible les points sensibles et vitaux du corps en se servant de toutes les parties de notre anatomie : pieds, poings, coudes, genoux, épaules ou tête, etc. Un pratiquant de Penchak Silat fera aussi usage de toutes sortes de clés, de balayages, de projections et mises au sol sans délaisser le combat au sol… Les techniques du Silat se révèlent être tout aussi expéditives qu’elles sont dévastatrices.

    ✔ … ou armé !

    Par ailleurs, le Silat s’est aussi construit autour des usages des armes du quotidien, de la machette golok, à la lame d’un kriss, en passant par les bâtons, la faux celurit ou la lance en bambou, jusqu’au tekpi (équivalent du sai japonais) voire un sarong ou même des éventails.

    Culturellement, le Silat est conçu pour survivre même si l’on doit faire face à de multiples adversaires potentiellement armés.

    ⛩ Rejoignez-nous !

    N’hésitez donc pas à venir découvrir et essayer le Silat au sein de notre TIGER’S Club : une séance d’essai vous est offerte… 🙏