• Self-Défense & Silat

  • Le Silat, un art martial parfaitement adapté aux problématiques de sécurité modernes.

    Le Penchak Silat est un art martial d'origine Indonésienne basé sur des enchainements de gestes et frappes simples, exécutées en rafale, avec rapidité et précision et ciblant les points sensibles et vitaux. Les techniques du Silat se révèlent être tout aussi expéditives qu'elles sont dévastatrices.

    Ne faisant pas appel à la force physique et ne nécessitant pas la préparation d'un athlète, le Silat se révèle adapté aussi bien aux hommes qu'aux femmes, quelque soit l'âge ou la condition physique.

    Les principes du Silat et la facilité de leurs mises en oeuvre opérationnelle permettent d'être rapidement efficace en self-défense ce qui l'a rendu populaire, non sans raison, auprès de la majorité des forces de l'ordre (FBI, CIA, corps d'élite de la Police et de la Gendarmerie tel que le GIGN, etc.).

  • Bruce Lee était tellement impressionné par cet art qu'il incorpora nombres de leurs techniques dans son Jeet June Do ! « C'est l'un des arts les plus dévastateurs et efficaces que j'ai jamais étudié » disait-il.

    Dan Inosanto — artiste martial

  • Notre style, le Setia Hati Teraté, fut modifié par le Grand Maître Hardjono Turpijn qui l'adapta aux morphologies occidentales, au travers de son expérience personnelle du combat au corps à corps dans les commandos indonésiens (unités d'élite de la division Siliwangi) qui opéraient dans la jungle durant la guerre d'indépendance. L'unique objectif étant l'efficacité en combat réel.

    Ce n'est que plus tard que le Penchak Silat fut introduit en France par une toute petite poignée de disciples de Turpijn : Tuan Raban, Adytio Hannafy et Charles Joussot, qui lui fut très proche, et dont Dan Bertrand fut l'élève puis un instructeur au sein de son organisation.
    Cette recherche constante d'efficacité dans l'utilisation du Silat (signifiant « combat éclair ») en Self-Défense est resté une préoccupation constante des héritiers de ce style.